LE FORT D’HOËDIC

Le fort de l’île d’Hoëdic a été édifié en 1847-1850 sous les ordres du Roi Louis-Philippe afin d’assurer la protection des côtes bretonnes, exposées au cours des siècles aux invasions et débarquements des flottes anglaises. Il fut décidé d’établir un fort central doté de casernement dans chacune des îles d’Hoëdic et d’Houat : une « redoute modèle n°1 » de 300 hommes pour l’île d’Houat et « modèle n°2 » de 200 hommes pour l’île d’Hoëdic. Le fort d’Hoëdic ne sera jamais armé, son rôle militaire fut de très courte durée : dès 1881, il change de fonction et abrite la première école laïque de l’île. Le Conservatoire du littoral est devenu propriétaire du fort en 1979. De nos jours, il abrite des salles pour des associations et la commune, ainsi qu’un gîte d’étape.

Une architecture

Le fort de l’île d’Hoëdic est une redoute construite selon le plan type « redoute-modèle 1846 n°2 ». Il est constitué d’un fort doté d'une caserne défensive voûtée, à l'épreuve des bombes, entourée par une enceinte de plan trapézoïdal, cantonnée de quatre petits bastions et redoublée par un large fossé. La caserne comporte trois niveaux voûtés et un toit terrasse non crénelé. Chaque niveau est réalisé selon le même plan : divisé en cinq grandes salles rectangulaires et perpendiculaires au bâti, plus trois petites salles aux extrémités perpendiculaires au pignon. L’accès se fait par une passerelle restauré en béton au niveau du troisième niveau (le fort étant semi-enterré). Le fort est un bel exemple d’architecture militaire standardisée du XIXème siècle. 

Des valeurs littorales

La construction du fort de l’île d’Hoëdic est une réponse défensive aux attaques et invasions venant de la mer : il est donc par sa fonction première lié à la mer et au littoral. Malgré cela, le fort se situe au centre de l’île: il n’est pas en contact direct avec le littoral, sans point de vue sur la mer, excepté depuis les talus de l’enceinte Sud-est. Le fort n’est pas non plus visible depuis la mer, volontairement construit en contrebas de hauts talus pour le dissimuler et le protéger.

Le fort d'Hoedic

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du Fort d'Hoedic.

 

source: le conservatoire du littoral.