Les phares actifs de Belle-Île-en-Mer

 

 

Le phare des Poulains

 

Construit en 1867, et mis en activité l'année suivante, le phare des Poulains est situé à l’extrémité Nord Ouest de Belle-Ile sur un îlot coupé de l’île à marée haute. Le dernier gardien quitta le phare en 1987. Le phare des  n'est qu'une modeste maison-phare dont la tour carrée accolée au pignon ne mesure que 18 mètres. Ce sont les falaises sur lesquelles elle se dresse qui portent son feu 34 mètres au-dessus des flots.

En 1999, le phare est ainsi autonome, suite l'installation de panneaux photovoltaïque et le paysage débarrassé des câbles électriques aériens. Aujourd’hui le site appartient au Conservatoire du Littoral et accueille une exposition permanente sur les thématiques de la nature et de la restauration paysagère conduite depuis 1999. Par temps clair, la vue s'étend jusqu'à l'île de Groix, Lorient et embrasse toute la baie de Quiberon. (Ouvert toute l'année )

Phare des Poulains
Phare Kerdonis

Le phare de Kerdonis

 

Ce petit phare "maison" marque l'entrée sud des courreaux de Belle-Ile et commande le seul accès praticable au golfe du Morbihan. A l'opposé du phare des Poulains, le Kerdonis c'est Kerdonis, haut de 13,70 mètres, culmine à 37,90 mètres au-dessus de la mer.

Il devient célèbre le 18 avril 1911 : le décès du gardien, Alexandre Matelot, conduit ses aînés, deux enfants, âgés de 11 et 13 ans, à faire tourner le fanal toute la nuit pendant que leur mère veille le défunt. La presse d'alors se saisit du fait-divers et Théodore Botrel compose une chanson « Les Petits gardiens du feu ».

Le phare de Goulphar

 

C’est une tour de granit de 92 mètres au-dessus de la mer qui a été édifiée de 1826 à 1835, d'après le projet du physicien Augustin Fresnel. Il a été mis en service en 1836 et automatisé en 2002. De nos jours, sa portée est d'environ 50 kilomètres, ce qui en fait l’un des plus puissants d'Europe.

Initialement la rotation des lentilles de Fresnel était assurée par un système de contrepoids qui descendaient dans l'espace situé au centre de l'escalier en colimaçon. Les contrepoids devaient être remontés plusieurs fois chaque nuit pour assurer la rotation du faisceau lumineux.

C’est une propriété de l'État qui a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1995 . Montez-y ! Après 247 marches, découvrez la vue la plus imprenable de Belle-île.

 

phare de Goulphar